• Twitter
  • Facebook
  • instagram

[Talk] Métamorphose digitale pour les 70 ans de FCE

En 2015, le réseau Femmes Chefs d'Entreprise (FCE) fête ses 70 ans ! Représentée dans plus de 30 pays, cette association a pour objectif la prise de responsabilités des femmes chefs d’entreprises dans la vie économique et le renforcement de leur présence dans les instances décisionnelles.

A l'occasion de cet anniversaire, le bureau de FCE France présidé par Eva Escandon a choisi de faire le point sur quatre grands sujets de transformations et de mutations économiques : le regard des hommes sur l'égalité, la génération Y, l'entreprise libérée et le client à l'heure du digital.


C'est sur ce dernier sujet que j'ai été convié à partager mes convictions. 



Vingt minutes pour embrasser les causes ET les conséquences d’un monde qui change, c’est peu. Mais cela oblige à concentrer sa pensée. A trouver un angle, aussi. Celui de l’impact de la technologie sur le comportement client. « Logique » étant donné mon background.

Mais un arbre qui cache une forêt bien plus vaste, évidemment, sans autre mise en perspective du bouleversement plus structurel que cela induit pour les entreprises. Et plus structurant pour l’homme, tout simplement. C’est pourquoi une image me vint à l’esprit. Celle de Kafka. Ou plus précisément celle de son allégorie d’une mutation subie, pétrifiante, et fatale, faute de l’accepter sinon de l’avoir anticipée. La métamorphose.

Car, aujourd’hui, la situation des entreprises de l’ancien siècle est kafkaïenne. Prenant tout juste conscience de l’inversion du rapport de force avec leur public (qu’il soit interne ou client, d’ailleurs), les scenarii ne sont pas nombreux.

Faire semblant de ne rien voir (« jusqu’ici tout va bien, le plus dur n’est pas la chute mais l’atterrissage… ») ? Défendre sa citadelle que l’on croyait jusqu’ici imprenable en comptant sur les remparts d’une réglementation, d’un lobby corporatiste ou son trésor de guerre ? Ou accepter, même à contrecœur, de sortir de son confortable fauteuil pour se réinventer ?

Trois pistes. Seulement. Souvent successives d’ailleurs, comme le pointa Schopenhauer à propos de toute nouvelle vérité. Ni la politique de l’autruche, ni la culture sur brulis ne peuvent répondre à l’impératif mouvement auquel conduit tout changement profond. « Being safe is risky » écrivait déjà Seth Godin dans Purple Cow en 2009. Plus radical et terre-à-terre : si vous ne bougez pas maintenant, considérez-vous comme déjà mort...

"Toute vérité franchit trois étapes. D'abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence." - Arthur Schopenhauer



Merci à FCE France ainsi qu'à Marie Donzel et Eric Warin (fondateur du réseau lesfameuses.com), co-organisateurs, de m'avoir invité aux côtés d'Antoine de Gabrielli (HappyMen), Marianne Urmès (The Boson Project) et Philippe Benquet (Acorus).

A lire également, le débrief de la journée sur le blog du programme EVE

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre point de vue avec nous !

3 solutions

simples, adaptables et validées pour réussir votre transformation digitale


Comprendre

Vous avez besoin de créer un déclic, de faire adhérer, d'infuser le changement ?

Je partage avec enthousiasme et impact mes clés de compréhension en codir/comex, séminaires, digital days, conférences... [Quelques exemples]

Agir

Vous voulez intégrer le digital à votre stratégie, renouveler votre expérience client, disrupter votre marché ?

J'accompagne les marques et leurs dirigeants en conseil marketing-com depuis plus de 15 ans. [CV / The LINKS]

savoir faire

Vous souhaitez monter en compétences ou faire monter en compétences vos équipes ?

Pour permettre à chacun de s'approprier cette révolution, j'ai co-fondé TalenCo, n°1 de la formation à la transition digitale.

Contact


Plus de batterie ?

Envoyez-moi plutôt un tweet : @cchaudoit

besoin de parler ?

Demandez moi mon 06.

Envie d'en savoir+

avant d'aller plus loin ensemble :
/ / / /