• Twitter
  • Facebook
  • instagram

BIg is beautiful

Google, Yahoo! et MSN... les 3 cadors du Net montent le ton entre eux. Avantage à Google et son réçent Gmail qui affiche désormais 2 gigabits à la pesée !

Une boîte mail c'est bien. Plusieurs c'est encore mieux. Mais quand celles-ci ne vous offrent une capacité limitée à seulement quelques Mo, vos correspondant peuvent vite capituler devant des auto-reply du type " quota exceeded"...

La "Guerre des portails dans les messageries" annoncée par La Tribune (8.04.05) prend donc corps au profit des internautes... 2Go sur Google, 1Go sur Yahoo ! (2Go pour 20$/an), et 250Mo pour MSN (2Go pour 20$/an).

Je me souviens d'une époque pas si lointaine où nos fidèles disquettes supportaient vaillamant 1,44Mo de cours, dossiers, et autres photos scannées de travers. Désormais mon webmail devient un disque dur externe et surtout accessible depuis n'importe où. Pas mal. Alors allons-nous assister à une surenchère de la capacité des webmails semblable à celle des micro-processeurs ? Certes, l'intérêt d'un "mini-entrepôt" délocalisé est toujours valable, mais l'on peut se poser la question de la cohérence de présenter cet outil encore comme une boîte mail.

Que le contenu de nos mails soit de plus en plus multimédia, c'est un fait. Mais la qualité de la compression elle-même autorise des envois de moins de 4M0 pour une video, de 1Mo pour une photo...

Alors évidemment, les phénomènes de "buzz" si caractéristiques du Net favorisent l'accumulation de la même vidéo envoyée à quelques heures d'intervalle par une vingtaine de vos contacts... 80Mo... On a encore un peu de marge. Certes, les quantités colossales de "spam" polluent nos boîtes, mais ces mails pèsent le plus souvent aussi lourd que les messages qu'ils véhiculent... c'est à dire pas grand chose.

Bref, 2Go pour une boîte mail, on ne va pas refuser - merci - mais autant nous présenter cela comme un nouveau service, tel un disque dur virtuel (à la façon de de que nous propose Oodrive)...

Mais à cela ne pouvons-nous ajouter que les internautes d'aujourd'hui sont sûrement moins captifs envers le contenu proposé par les portails pour justifier leur réçent regain d'intérêt pour l'un de leur premiers et principaux services : le webmail ? 934 millions d'internautes dans le monde en 2004, 24 millions en France en février 2005 (base 11ans et + source Médiametrie) avec 50% de la population française équipé d'un ordinateur...

Tel tout autre produit, Internet suit sa courbe de vie. Sans pour autant atteindre le sommet de sa courbe, le web est désormais de plus en plus largement utilisé par des internautes aguerris. Le modèle des portails proposant un condensé de contenu multi-thématique, la plupart du temps issu de partenariats, ne répond plus aux attentes de leur audience. Passés quelques mois, le nouvel internaute devient autonome et cherche son information directement à la source. Quel intérêt pour lui de chercher un vol sur la rubrique voyages du portail de son FAI, qui sera, de plus, limité à quelques partenaires ? Pourquoi lire le résumé de la derniere rencontre du top 16 sur la rubrique sports d'un portail alors qu'il peut aller la chercher à la source et l'agrémenter de nombreux autres commentaires moins généralistes ?

Les portails drainent pourtant la plus importante audience de l'Internet : les 6 premiers portails (MSN, Wanadoo, Yahoo, Tiscali, Lycos et AOL) représentent à eux seuls 87% de l'audience totale d'Internet (source Nielsen/NetRatings - audience dédupliquée - février 05). Il ressort des études internes que l'utilisation principale de ces sites est liée à la consultation des mails loin devant tout autre usage.

Il est donc légitime pour ces acteurs de concentrer leurs efforts concurrentiels sur ce service. Mais en accroître la capacité est-t-elle l'unique solution ? Non.

Quoiqu'il en soit, pour le marketeur que je suis, cette course aux gigaoctets liée à un équipement haut-débit croissant ouvre certainement la voie à des créas plus intéressantes, plus percutantes, pour le marketing direct et les campagnes d'e-mailing. Le marketing viral n'a pas attendu cette opulence d'espace pour s'épanouir sur le Net, mais gageons que celle-ci lui ouvrira d'encore plus larges horizons à l'avenir. Nous pouvons le souhaiter, des créatifs libres de toute contrainte de poids, des internautes gâtés, des annonceurs ravis... une vision idyllique de la pub ? Oui sûrement, mais qui s'imaginait avec une boîte mail de 2Go il y a seulement 2 ans ? Alors on peut rêver, non !... ;-)

1 commentaire:

  1. c très intéressant tout cela, mais ou veux tu en venir ?

    j'ai peut etre loupé qqch tu me diras !

    RépondreSupprimer

Merci de partager votre point de vue avec nous !

3 solutions

simples, adaptables et validées pour réussir votre transformation digitale


Comprendre

Vous avez besoin de créer un déclic, de faire adhérer, d'infuser le changement ?

Je partage avec enthousiasme et impact mes clés de compréhension en codir/comex, séminaires, digital days, conférences... [Quelques exemples]

Agir

Vous voulez intégrer le digital à votre stratégie, renouveler votre expérience client, disrupter votre marché ?

J'accompagne les marques et leurs dirigeants en conseil marketing-com depuis plus de 15 ans. [CV / The LINKS]

savoir faire

Vous souhaitez monter en compétences ou faire monter en compétences vos équipes ?

Pour permettre à chacun de s'approprier cette révolution, j'ai co-fondé TalenCo, n°1 de la formation à la transition digitale.

Contact


Plus de batterie ?

Envoyez-moi plutôt un tweet : @cchaudoit

besoin de parler ?

Demandez moi mon 06.

Envie d'en savoir+

avant d'aller plus loin ensemble :
/ / / /