• Twitter
  • Facebook
  • instagram

Jour J, H -7 : ce que je n'ai pas eu le temps de vous dire...

Eh oui, l'échéance se rapproche, et j'ai encore beaucoup de chose à vous dire. "Je n'aurais pas le temps" chantait Michel Fugain dans ses chemises chamarées, moi non plus mais c'est dans mon manteau de pluie que je me fais cette réflexion. Allez, go :


1. Culture Pub revient sur le Net
Et ça, c'est bien. Vraiment. Emission culte de ma jeunesse (après le Club Dorothée, of course ;), le grand Christian Blachas profite du web pour remettre en selle cette institution. Seul petit regret, avoir découvert cette info sur d'autres blogs. Veille2Com qui n'est pas prévenu par son père spirituel himself, ça fait chier ;) Christian, si tu m'entends...




2. La pub et Internet : une étude à charge...
La semaine dernière, j'assistais dans les salons cossus du Plaza Athénée à une violente dérouillée de la pub sur le web. C'est l'agence Australie, avec Ipsos, qui présentait ces résultat. Il fallait une bonne dose de courage et d'honnêteté à Laurent Gesta, Directeur du département Interactif, pour annoncer ces chiffres. Chapeau. Ce n'est pas une régie ou une agence conseil qui aurait eu cette démarche.


Ce qu'il faut retenir en substance : les internautes sont en moyenne plus enclins à trouver en général un intérêt à la publicité et à aimer les marques. Manque de pot, ce sont également qui rejettent le plus massivement la publicité sur Internet. Intrusive, pas créative pour un sou, et très chiante... voilà le bilan.


Mes réflexions sur la question :
a. quand les agences auront enfin compris qu'il faut cesser d'avoir un département dédié au numérique, ce qui n'existe pas pour les autres médias, alors on arrêtera d'avoir des créas qui ne s'intéressent qu'à la TV et on aura peut-être plus de qualité sur Internet...
b. quand les supports (régies) accepteront enfin d'offrir une vraie bonne visibilité à leurs annonceurs plutôt que de privilégier la quantité bradée à quelques centimes € du CPM, alors on évoluera aussi en matière d'offre d'espace.
c. enfin quand les annonceurs et leurs agences conseil cesseront de dénaturer ce média en n'achetant qu'à la transfo, alors la créativité pourra revenir.

La présentation dans son intégralité :



Lire le post de Vincent Leclabart sur "Leblaug" d'Australie



3. Prix des lecteurs du livre d'économie du Senat, 2008
J'ai eu la chance et l'honneur d'être invité il y a maintenant 3 semaines au Sénat. Pouquoi ? Pour y déjeuner, déjà, et ça c'est plutôt cool. Mais aussi pour faire la connaissance des finalistes du Prix des lecteurs du livre d'économie, en compagnie d'autres blogueurs tels que Charles Liebert, Christophe Ginisty, Gilles Klein, Jean-Baptiste Rudelle (boss de Criteo)...

Pour situer le contexte, le Sénat soumet au vote des internautes, vous mes cocos, l'élection du "meilleur" livre d'économie de cette année. 5254 internautes ont voté au 1er tour et ont sélectionné ces 3 ouvrages :

Désordres dans le capitalisme mondial de Michel AGLIETTA et Laurent BERREBI >> avis des blogueurs

L'enfer ce n'est pas les autres : bref essai sur la mondialisation de Pierre DOCKES >> avis des blogueurs

Petits conseils de Laurent MAUDUIT >> avis des blogueurs

A votre tour de voter (ici), en vous aidant éventuellement des avis exprimés par les blogueurs et les petites vidéos de présentation.

Pour ma part j'ai commencé Petits Conseils, de Laurent Mauduit, ex-rédac chef du services Entreprises au Monde, sur la galaxie Alain Minc, depuis les Caisses d'Epargne jusqu'au conseil de surveillance du Monde dont il est président en passant par Nicolas Sarkozy... J'ai également commencé l'ouvrage de Pierre Dockès (L'enfer ce n'est pas les autres) et seulement commencé à feuilleter celui d'Aglietta et Berrebi (Désordres dans le capitalisme mondial) qui me fait un peu trop penser pour le moment à mes bouquins d'étudiant par la densité de sa matière, ses graphs, etc. D'ailleurs, j'ai souvent lu des textes de M. Aglietta quand j'étais en école de commerce. Sympa de le croiser à présent.

Je n'ai donc pas suffisament de recul pour vous conseiller objectivement et encore moins pour rédiger un avis sur le site du Sénat.

En revanche je peux vous dire ce que j'ai pensé de chaque auteur et des livres dans leur ensemble lors du déjeuner.

michel aglietta
Eh bien légèrement impressionné de croiser Michel Aglietta, ce que je prenais au début pour de la réserve voire pour une forme de timidité s'est plus tard révélé (selon moi) comme une attitude plutôt distante, pour ne pas dire hautaine. A une question qui lui était adressée, d'un blogueur qui prit les devants un peu hâtivement en se présentant comme Docteur en droit, Aglietta murmura pour lui-même (mais encore audiblement) : "il faut répondre à "ça"...". Dommage le bouquin semble vraiment très bien, quoiqu'un peu indigeste pour mes vacances.

laurent mauduit
Laurent Mauduit m'a trop fait penser au cliché de l'ancien journaliste déchu par sa rédaction, qui prend conscience de la "machination" politico-capitalisto-industrielle. "Mince ! les patrons sont partout, flirtent avec les politiques et nous manipulent". Je caricature, c'est sûr, mais... Et puis j'ai eu du mal avec l'expression de l'auteur qui revient comme une rengaine : "le capitalisme parisien"... Ah ! Tournure de style, ou bien existe-t-il vraiment aussi un capitalisme de région ?

pierre dockes
Enfin, l'auteur qui m'est apparu comme le plus sympathique et le plus simple fut Pierre Dockès (L'enfer ce n'est pas les autres) et d'ailleurs le titre de son ouvrage résume à lui seul l'humour et l'espièglerie que je suppose chez le personnage ;) Sa théorie, en outre, a le mérite d'être positive.

Globalement, enfin, je me suis fait 2 remarques. Sur ces trois livres, les 3 me semblent plutôt guidés par des vision "de gauche". Et les 3 mettant en cause le capitalisme comme modèle économique corrompu ou devenu caduque, je m'étonne de ne pas voir abordée cette question à travers le prisme pourtant très actuel du rôle joué par ce modèle dans des perspectives de développement durable.

Quoiqu'il en soit, merci au Sénat pour l'initiative et le déjeuner, aux auteurs et SixandCo, l'agence organisatrice).



4. Ladies Night au Queen
Lundi dernier, pour décompresser au milieu de 4 semaines très intenses, je cède face aux suppliques de certain(e)s blogueurs(-ses) très pénibles et décide d'aller "ondouler" mon corps et mes cheveux au son des Bee-Gees et au rythme des boules à facettes.

ghinzu
Bilan : très bonne soirée, surtout à partir de 2h00 au Queen, avant c'est chiant, et le Queenie en before, je déconseille (service mal aimable et zero ambiance).

Bref, je suis parti sur le titre le plus théâtral de l'histoire de la musique : Music was my first love (John Miles), que je vous livre ici en pâture... Stayin' Alive !




1 commentaire:

  1. Cyril, je te rejoins sur beaucoup de point dans ton analyse sur la pub... cependant, qu'entends-tu par "c. enfin quand les annonceurs et leurs agences conseil cesseront de dénaturer ce média en n'achetant qu'à la transfo, alors la créativité pourra revenir."?
    Perso, la je ne suis pas tout a fait d'accord... je pense que la transfo est justement dans la nature du media web (ex. TF1 commercialise desormais a la perf) tout simplement grace à sa "réelle" capacité de tracking. Cependant, je pense que c'est cette meme transfo qui est encore très mal appréhendée et "valorisée" par les régies/annonceurs... Je pense même que transfo, créativité et image peuvent bien fonctionner ensemble. Et tout cela va dans le sens de la véritable transparence/performance...mais il est certain que cela demande de remettre un peu en cause le "vieux modele CPM". ;o)

    En tout cas, profites bien de ton voyage, t'inquietes pas on va bien s'occuper de ton blog (gnarf gnarf gnarf)... :p

    RépondreSupprimer

Merci de partager votre point de vue avec nous !

3 solutions

simples, adaptables et validées pour réussir votre transformation digitale


Comprendre

Vous avez besoin de créer un déclic, de faire adhérer, d'infuser le changement ?

Je partage avec enthousiasme et impact mes clés de compréhension en codir/comex, séminaires, digital days, conférences... [Quelques exemples]

Agir

Vous voulez intégrer le digital à votre stratégie, renouveler votre expérience client, disrupter votre marché ?

J'accompagne les marques et leurs dirigeants en conseil marketing-com depuis plus de 15 ans. [CV / The LINKS]

savoir faire

Vous souhaitez monter en compétences ou faire monter en compétences vos équipes ?

Pour permettre à chacun de s'approprier cette révolution, j'ai co-fondé TalenCo, n°1 de la formation à la transition digitale.

Contact


Plus de batterie ?

Envoyez-moi plutôt un tweet : @cchaudoit

besoin de parler ?

Demandez moi mon 06.

Envie d'en savoir+

avant d'aller plus loin ensemble :
/ / / /