• Twitter
  • Facebook
  • instagram

Tous révolutionnaires !

Cela fait déjà longtemps que l'on entend parler de "révolution digitale". Et comme nous avons un penchant pour le sensationnel, les médias s'en donnent à cœur joie. Jouant ainsi sur nos angoisses les plus naturelles, on nous présente la fin d'un monde. De notre monde. Et si nous faisions plutôt preuve d'enthousiasme et d'imagination là où la peur risque de nous faire perdre un temps précieux ?

Encore aujourd'hui, le rédacteur en chef Entreprises des Echos titre habilement "Pourquoi la révolution technologique m'a tuer ?". Comme nous, David Barroux se souvient sûrement de l'entrée d'un train en gare de la Ciotat et bien d'autres exemples anciens encore de nouvelles technologies qui ont d'abord été craintes - et donc rejetées - par principe. Par principe, oui. Car il est bien connu que l'on a plus facilement tendance à rejeter ce que l'on ne connaît pas, et donc nous fait peur, qu'à l'accepter. Certains appellent cela le principe de précaution.

Le journaliste fait donc son travail. Très bien même. Sur le fond on ne peut lui reprocher grand chose. Il a raison, même si certains de ses exemples sont encore un peu avant-gardistes (comme celui des agences de publicité par exemple : "Avant, un patron d'agence se devait d'embaucher des créatifs (...) aujourd'hui, un site Internet peut suffire à jouer un rôle d'intermédiaire. Le client dépose sa demande pour un nouveau spot. L'agence transmet cette demande à des centaines ou des milliers de créatifs qui seront mis en compétition de façon instantanée"). Et sur la forme il sait vendre du papier (ou de la "pap") avec son titre accrocheur.

OUI ! La "révolution digitale" est une réalité
Oui, la technologie rebat les cartes de la compétitivité dans tous les secteurs ;
Oui, le risque de rester sur le carreau est grand pour nombre d'entreprises parmi les plus historiques ;
Oui, le marché est ouvert aux nouveaux entrants plus souples, plus actuels, plus digital-minded ;
Oui, le consommateur est prêt... il en est même le moteur !

NON ! La révolution digitale est moins affaire de techno. que d'hommes
Non, la révolution n'est pas "digitale" mais née du digital...
Non, aucune révolution ne se fait qu'avec des outils. Il lui faut aussi une cause et des hommes.
Non, ce n'est pas la fin d'un monde. Celle d'un cycle tout au plus. Et surtout le début d'un autre !
Non, ne résistons pas et saisissons plutôt les opportunités de devenir meilleurs



Comme cet œuf, nous sommes confrontés à un moment critique. Certes. L'équilibre tout autant que la coquille de notre économie sont fragiles. Soit. Mais nous avons le choix.

Le choix de penser que le digital - cet empêcheur de tourner en rond - est la cause de tous nos maux, pauvres diables que nous sommes à ne plus pouvoir suivre à cause de la loi de Moore.

Ou le choix de nous dire que si tout cela arrive, aussi vite, c'est bien parce que l'être humain, le citoyen, le consommateur que nous sommes, s'est emparé de ces fameuses technologies digitales pour s'inventer un nouveau monde.

Platon écrivait déjà dans son mythe de Prométhée (Protagoras) que l'homme est condamné à innover pour survivre. Notre volonté d'adapter notre environnement pour plus de confort, de plaisir, de sécurité est mue par un besoin inné. Et moins notre monde environnant répond à nos exigences, plus on est tenté de le changer. Quoi de plus logique ?

Donc si la "révolution" du digital nous semble aussi violente et rapidement acquise, demandons-nous plutôt ce qui clochait à ce point dans notre "ancien" monde (pas encore digitalisé) pour pousser ainsi l'être humain dans ses pulsions créatrices !

Et cette extinction de certains - trop ancrés dans leurs certitudes passées - au profit d'autres plus alertes sur leur époque ne signe pas une menace de régression mais relève véritablement du progrès au sens de destruction créatrice (Nietzsche / Schumpeter).
« Les agissements de cette nature constituent, au milieu de l’ouragan perpétuel de simples incidents, souvent inévitables, qui encouragent, bien loin de le freiner, le processus d’expansion à long terme. Une telle affirmation n’est pas davantage paradoxale que celle consistant à dire : les automobiles parce qu’elles sont munies de freins roulent plus vite que si elles en étaient dépourvues. »
Joseph Schumpeter, 1943 Traduction française 1951 Capitalisme, socialisme et démocratie

Alors oui, le digital apporte aujourd'hui au consommateur des réponses nouvelles qui améliorent son rapport au monde qui l'entoure. Les entreprises qui le satisfaisaient tant bien que mal jusque là doivent donc revoir leur modèle de pensée et, de fait, leur business-model, sous peine de ne plus le satisfaire du tout et ainsi de disparaître. Dès lors, de nouvelles solutions, plus agiles, peuvent prendre leur place, soufrant moins de l'inertie des grandes entreprises historiques. Les start-up réservent même une place de choix à une nouvelle génération d'entrepreneurs, souvent jeunes, parfois autodidactes, comme la révolution industrielle fit également place en son temps à une nouvelle caste de patrons.

Oui, la consommation peer-to-peer, le crowdsourcing, le crowdfunding même, et demain les objets connectés, l'impression 3D sont en train de faire bouger les lignes et en laisseront quelques uns sur la touche, comme hier les médias sociaux ont remodelé le paysage médiatique et le e-commerce celui de la distribution. Acceptons-le, comme nous devons nous accepter nous-mêmes puisque nous sommes des êtres intrinsèquement innovants. Et réjouissons-en nous ! Car c'est à ce prix que notre quotidien s'améliore et que notre civilisation continue d'avancer.   

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre point de vue avec nous !

3 solutions

simples, adaptables et validées pour réussir votre transformation digitale


Comprendre

Vous avez besoin de créer un déclic, de faire adhérer, d'infuser le changement ?

Je partage avec enthousiasme et impact mes clés de compréhension en codir/comex, séminaires, digital days, conférences... [Quelques exemples]

Agir

Vous voulez intégrer le digital à votre stratégie, renouveler votre expérience client, disrupter votre marché ?

J'accompagne les marques et leurs dirigeants en conseil marketing-com depuis plus de 15 ans. [CV / The LINKS]

savoir faire

Vous souhaitez monter en compétences ou faire monter en compétences vos équipes ?

Pour permettre à chacun de s'approprier cette révolution, j'ai co-fondé TalenCo, n°1 de la formation à la transition digitale.

Contact


Plus de batterie ?

Envoyez-moi plutôt un tweet : @cchaudoit

besoin de parler ?

Demandez moi mon 06.

Envie d'en savoir+

avant d'aller plus loin ensemble :
/ / / /