• Twitter
  • Facebook
  • instagram

L'énergie du changement

Dans quelques décennies, les manuels d'histoire décriront la Silicon Valley comme "l'usine" à changer le monde. Un catalyseur d'où seront non seulement sorties les idées qui refaçonnèrent notre quotidien, mais aussi les nouvelles méthodes pour les accoucher et les faire croître.

Design thinking, open innovation, crowdfunding, accélérateurs...  Une révolution majeure se reconnaît peut-être à ceci que la fin justifie les moyens. Qu'une nouvelle vision du monde requiert de nouvelles conditions pour se réaliser. La question centrale serait alors la suivante : un système établi peut-il réellement et structurellement se transformer de lui-même ?

En génétique, nous parlerions davantage de mutation. Les mutations sont à l'origine de ce que nous sommes. Elles sont la condition de notre évolution. Or cette modification profonde de ce qui nous définit en tant qu'espèce, nos gènes, se manifeste par un changement brusque et d'emblée héréditaire d'un ou plusieurs caractères.

Et quoique aléatoire à l'état naturel, ce phénomène - rare, donc - peut toutefois être favorisé de l'extérieur par des "agents mutagènes". Ces derniers pouvant eux-mêmes être naturels et donc témoigner d'une (in-)adaptation de l'espèce à son environnement (l'intensité des rayons UV et la couleur de notre peau, par exemple), ou créés et témoigner alors d'une volonté plus ou moins fortuite d'agir (les effets secondaires de certains médicaments ou produits chimiques, par exemple). 

Ainsi, selon mon raisonnement, la révolution qui s'opère actuellement - et dont l'épithète "digitale" masque tout un pan de la réflexion commune - est une mutation. Et serait mieux comprise par certains si elle était expliquée comme telle.

Le génome de notre société est en cours de réécriture. Cela signifie que notre société change à jamais. et jusqu'à la prochaine fois. Sa mutation est provoquée par son obsolescence et donc désormais son inadaptation à son écosystème : nous.

Les agents mutagènes venant accélérer le processus endogène (la réflexion de l'Homme sur son sort, à la fois cause et conséquence du système en question) sont pour certains naturels - comme la raréfaction des ressources par exemple - et d'autres, créés :
- la technologie numérique (la "molécule"),
- la fameuse "Uberisation" provoquée par certaines startups (les effets secondaires du "médicament"),
- les accélérateurs, les nouveaux modèles de travail, d'innovation, de financement... (les "adjuvants" )

Reste à statuer sur le déterminisme de cette mutation, et aux risques du génie génétique, si je puis dire...

Premièrement (comme en génétique) elle peut être naturelle (mais très rare et longue à se déclarer), accidentelle (effets secondaires) ou programmée (OGM). La mutation d'une civilisation est-elle "simplement" la conséquence d'un / plusieurs évènements ou s'organise-t-elle plutôt, même inconsciemment ?  

L'évolution de notre société marquée par la diffusion des connaissances à l'ère de l'imprimerie fut-elle juste la conséquence fortuite d'une invention certes pratique mais promise à un destin plus modeste ou au contraire présida-t-elle à la démarche même de Gutenberg ?

Deuxièmement, si les investisseurs sont comparables à des mutagènes volontaristes, il me semble prudent de rappeler que tous les "mutants" ne sont pas forcément souhaitables... Or, l'explosion du nombre d'investisseurs (y compris depuis la 1ère bulle début 2000), combinée à la diversité de leurs motivations (B.A., accélérateurs, VCs, Industriels...) et aux volumes impressionnants de liquidités disponibles donnant lieu à des valorisations surprenantes (tendance "licornes"), sont autant d'indices qui me poussent à croire que des caractères inattendus et non souhaitables menacent cette mutation.

Comme par exemple l'innovation influencée par le ROI favorisée au détriment d'une recherche plus fondamentale et donc moins commerciale mais plus structurante. Ou encore la population croissante d'entrepreneurs et de leurs équipes mus par l'image d'une aventure moderne, libératrice et accessible, qui risquent de se retrouver au tapis faute de place pour tous, même après un premier tour de table prometteur encourageant.

Enfin pour conclure, cette métaphore génétique pour parler de la transformation de notre société (système économique, social et politique) semblera simpliste voire incongrue à certains. Mais avec la prochaine vague de cette métamorphose, l'allégorie de la mutation prendra alors son sens premier.

Je parle du "post-humanisme" auquel nous conduisent les plus grands acteurs du numériques (GAFA en tête), par idéologie ou par intérêt (économique ou politique). Qu'il soit augmenté ou remplacé par une Intelligence Artificielle diffuse ou humanoïde, l'Homme n'étant qu'un élément de la société qui a déjà entamé sa mutation est le prochain sur la liste. A suivre, donc...     



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre point de vue avec nous !

3 solutions

simples, adaptables et validées pour réussir votre transformation digitale


Comprendre

Vous avez besoin de créer un déclic, de faire adhérer, d'infuser le changement ?

Je partage avec enthousiasme et impact mes clés de compréhension en codir/comex, séminaires, digital days, conférences... [Quelques exemples]

Agir

Vous voulez intégrer le digital à votre stratégie, renouveler votre expérience client, disrupter votre marché ?

J'accompagne les marques et leurs dirigeants en conseil marketing-com depuis plus de 15 ans. [CV / The LINKS]

savoir faire

Vous souhaitez monter en compétences ou faire monter en compétences vos équipes ?

Pour permettre à chacun de s'approprier cette révolution, j'ai co-fondé TalenCo, n°1 de la formation à la transition digitale.

Contact


Plus de batterie ?

Envoyez-moi plutôt un tweet : @cchaudoit

besoin de parler ?

Demandez moi mon 06.

Envie d'en savoir+

avant d'aller plus loin ensemble :
/ / / /